2010

Sixième titre imprévu pour Pieter Tsjoen


Avant le début de la saison, personne ne semblait pouvoir priver Patrick Snijers d'un huitième titre belge. Le Limbourgeois devait en effet aligner toute l'année une Subaru Impreza WRC S12 alors que Paul Lietaer et Melissa Debackere devaient composer avec des WRC de plus anciennes générations. De Pieter Tsjoen, il ne devait guère être question en Belgique puisque le Flandrien s'était fixé pour objectif de remporter le titre en France. Pieter Tsjoen remportait pourtant le Rally van Haspengouw, épreuve qu'il considérait surtout comme un test grandeur nature pour sa saison en France. Et puisqu'il menait le championnat belge, Pieter Tsjoen poursuivait sur sa lancée, remportant dans la foulée le TAC Rally, le Rallye de Wallonie et le Sezoens Rally. Après une sortie au Geko Ypres Rally sur une Peugeot 207 S2000 de location, le pilote Structo s'adjugeait définitivement le titre à l'Omloop van Vlaanderen. Personne n'avait pu se mettre en travers du pilote et de sa Ford Focus WRC08. Patrick Snijers devait bien reconnaître qu'il ne pouvait rien face à la Ford. Ce constat, tout le monde le faisait également à l'East Belgian Rally, où Bernd Casier l'emportait sur la monture habituelle de Pieter Tsjoen. Au Rallye du Condroz, Casier était à nouveau en route vers la victoire, sur la Focus WRC05 cette fois, quand il sortait de la route dimanche matin. Freddy Loix en profitait pour inscrire son nom au palmarès de la classique hutoise, après déjà un succès retentissant à Ypres, sur la Skoda Fabia Super2000 officielle. En Groupe N, Stéphane Lhonnay remportait le titre avec sa Mitsubishi Lancer Evo9 tout en s'offrant une superbe troisième place au Rallye du Condroz. En Citroën Trophy, Hans Weijs Jr dominait les débats alors que Cédric De Cecco était le plus fort en Ford Fiesta SportTrophy.

2010.jpg

Classement BRC 2010

Rally van Haspengouw - Pieter Tsjoen tire le premier


Champion de Belgique en titre, Pieter Tsjoen a décroché une nette victoire sur les routes très grasses de la région de Landen. Avec le Hollandais Mark Van Eldik (2e), Patrick Snijers (3e) et Melissa Debackere à la 5e place, le championnat de Belgique a démarré sur les chapeaux de roues. 103 voitures au départ du Rally van Haspengouw (62 en national, 42 en RACB Rally Critérium), un parc d’assistance plein à craquer et riche d’infrastructures imposantes, des spectateurs par milliers : la première manche du championnat a démontré que la compétition routière affiche une santé florissante dans notre pays. À Landen : on comptait pas moins de huit WRC au départ et ces « bêtes de course » ont régalé les courageux spectateurs qui, dans les premières heures de l’épreuve, ont dû braver les intempéries. Dès le départ, un coup de théâtre : on détecte un porte-moyen récalcitrant sur la Subaru Impreza de Patrick Snijers. Ce qui lui coûte 9 minutes, soit 1 min 30 de pénalité. Tout espoir de victoire est déjà perdu mais il en faut plus pour abattre le Brabançon. "Je me suis régalé d’un bout à l’autre de l’épreuve," affirmait Snijers à l’arrivée. "J’ai dû cravacher ferme pour terminer au 3e rang. Ce n’était pas facile parce que le parcours était très glissant. Mais quel plaisir de régaler le public, toujours aussi enthousiaste. Juste un petit regret : il aurait fallu davantage de spéciales pour que je fonde sur Van Eldik, 2e derrière Tsjoen." Pieter Tsjoen, précisément, a réussi la course parfaite. Le champion en titre a seulement été dominé dans la première spéciale du rallye par van Eldik qui avait réalisé un meilleur choix de pneus. Par la suite, la maîtrise de Pieter lui a permis d’offrir un superbe cadeau à Frédéric Miclotte, son équipier du jour… "C’est ma première victoire au classement général d’un rallye," souriait le copilote. "Je suis évidemment ravi de la collaboration avec Pieter. Ce qui me frappe le plus, c’est le calme dont il fait preuve en toute circonstance." Le championnat de Belgique s’annonce donc prometteur puisque les trois premiers du Rally van Haspengouw, dont le Hollandais van Eldik, ont l’intention de coiffer la couronne. Quant à Melissa Debackere, 5e, elle récolte les points de la 4e place puisque ten Brincke n’est pas régulièrement inscrit. Melissa Debackere était d’ailleurs ravie de sa prestation : "J’ai connu quelques soucis avec la transmission arrière de la Corolla. Je me suis retrouvée en deux roues motrices, à un certain moment. Ce n’était pas l’idéal sur ce terrain glissant. Mais tout est rentré dans l’ordre pour la dernière boucle. Je suis ravie de finir à la 5e place." En Groupe N, c’est Vincent Verschueren qui a réalisé la bonne opération en décrochant au passage une jolie 8e place. Mais jusqu’au terme de la course, il a dû tenir un sacré rythme pour résister à Bob Colsoul dont la Mitsubishi a échoué à 2"3 secondes, seulement, de la Subaru du vainqueur. Alexandre Romain, auteur de quelques petites fautes, termine à la 4e place derrière le Hollandais Piet Van Hoof. Quant à Stéphane Lhonnay, il n’a pu se mêler à la bagarre, par la faute d’un moteur en berne. On attendait beaucoup du match entre Hans Weijs Jr et Thierry Neuville au sein du Citroën Racing Trophy. Le Hollandais a très vite pris l’avantage. Le représentant du RACB National Team a commis une petite sortie de route et a été handicapé par des soucis de réservoir d’essence. "Je suis pourtant ravi de ma prestation d’ensemble," affirmait Neuville à l’arrivée. "Même si je ne termine que 4e. Au total, j’ai signé plus de meilleurs temps que mon rival hollandais. J’ai hâte de le retrouver en championnat du monde junior." Xavier Baugnet terminait 2e de cette course dans la course avec 16 secondes d’avance sur David Croes. Au sein du RACB Rally Critérium, le top 5 final est revenu à cinq Mitsubishi Lancer et c’est Erik Deveux qui s’est imposé de justesse devant Alain Renkin. Sans doute Jean-Yves Laruelle se serait-il mêlé à la bagarre pour la victoire mais une crevaison à Brustem l’a retardé. Enfin, au sein du Belgian ConXioN Historic Rally Championship, c’est Yves Bruneel qui s’est montré le plus véloce avec sa Ford Escort MKII. Il devance Chris DeByser (Ford Escort MKII BDA) et Patrick Mylleville (Opel Manta).

112201115018_Hasp_Tsjoen.jpg

TAC Rally - Pieter Tsjoen en démonstration


La 2e manche du championnat de Belgique des rallyes a tenu ses promesses. Et si Pieter Tsjoen a imposé sa Ford Focus en distançant la Subaru Impreza de Patrick Snijers à la régulière, Bernd Casier et Paul Lietaer ont régalé le public de leur bagarre à la seconde pour la 3e marche du podium. En Groupe N aussi, le suspense s’est prolongé jusqu’au dernier mètre de la dernière spéciale. Un soleil printanier, des routes sèches mais glissantes et un superbe plateau. Tel était le décor planté pour cette 37e édition du TAC Rally, cette épreuve qui se déroule dans la région de Tielt. Pas moins de 89 équipages ont rejoint la cité flandrienne ce samedi 9 avril alors que 49 voitures étaient au départ du RACB Rally Critérium. Dès le premier secteur chronométré, Pieter Tsjoen annonçait la couleur en décrochant sa première victoire partielle du jour. Ce ne fut pas la seule ! Sur les 16 étapes spéciales programmées, le champion en titre s’imposa… seize fois. "Nous n’avons pas relâché notre effort pour ne pas céder à la déconcentration," clamait le vainqueur à l’arrivée. "Il était impossible de suivre le rythme de Pieter," admettait pour sa part Patrick Snijers. "La preuve, c’est que je n’ai même pas pu signer un meilleur temps. Il les a tous raflés." Une chose est sûre: l’actuel leader du championnat sera également de la partie à Bocholt et à Ypres. Mais si le suspense pour la victoire s’est très vite estompé, il n’en a pas été de même pour la 3e place. Bernd Casier, parti relativement prudemment au volant d’une Ford Focus 05 qu’il découvrait, a progressivement remonté sur la Subaru Impreza de Paul Lietaer pour terminer avec 16 secondes d’avance sur le célèbre moustachu. "J’étais au départ de ce rallye pour faire un maximum de kilomètres au volant de cette WRC," expliquait Casier. "Je m’étais juré de ne pas regarder les chronos mais une fois dans l’ambiance de la course, on oublie vite ce genre de promesse. J’ai donc haussé le rythme pour me retrouver en bagarre avec Paul à coups de secondes. Je suis évidemment ravi d’avoir emporté ce duel pour la 3e place tout en restant sur la route. Quel plaisir de rouler sur une WRC. Vivement la prochaine manche, dans quinze jours, du côté de Namur." Cette fois, les Hollandais n’ont pas eu droit au chapitre, Van Eldik (petite sortie) et Wevers étant relégués aux 6e et 7e places devant Melissa Debackere. La demoiselle aurait sans doute classé sa vaillante Toyota Corolla en meilleure place si une crevaison ne l’avait retardée. En Groupe N aussi, les très nombreux spectateurs massés sur les 4 étapes spéciales parcourues à quatre reprises ont vécu de sérieuses passes d’armes. Même si Verschueren, vainqueur de la catégorie fut contraint à l’abandon (moteur cassé sur la Subaru), même si Alexandre Romain (problème d’embrayage et crevaison), Matthias Boon (crevaison) et Bob Colsoul (touchette) n’ont pu se mêler à la bagarre en tête, deux pilotes ont assuré le spectacle jusqu’au dernier mètre chronométré. Au classement final, Stéphane Lhonnay l’a emporté pour 3 petites secondes seulement sur Mathias Viaene Au sein du RACB Rally Critérium, c’est Koen Lauwaert qui a imposé sa Renault Clio devant Bert Coene et Jean-Luc Berleur. Une domination d’un bout à l’autre pour la traction qui a maté les quatre roues motrices. Enfin, c’est Filip Barbier et sa jolie Porsche 911 qui ont été les plus performants dans cette manche du Belgian ConXion Historic Championship. La preuve: ils ont terminé à une jolie 16e place devant bon nombre de voitures plus puissantes et plus récentes.

112201115449_TAC_Snijers.jpg

Rallye de Wallonie - Tsjoen, l'homme invincible


Troisième victoire consécutive chez nous, six fois vainqueur (un record !) du rallye de Wallonie: tout roule pour Pieter Tsjoen qui a imposé sa Ford Focus WRC dans le 3e round du championnat de Belgique, ce week-end, en bord de Meuse. Derrière l’intouchable leader, on retrouve Patrick Snijers et un étonnant Mattias Boon qui a remarquablement maîtrisé la Subaru Impreza WRC qu’il étrennait pour l’occasion C’était la fête du rallye, ce week-end, du côté de Jambes et dans la superbe région namuroise. Vendredi, 118 équipages étaient au départ de la manche nationale alors que 57 voitures s’élançaient pour le RACB Rally Critérium. Mais à cette impressionnante quantité, s’ajoutait la qualité. Treize WRC au départ, les grands débuts de la Skoda Fabia Super 2000 officielle et une multitude de voitures engagées dans les deux coupes promotionnelles: le Ford Fiesta Sporting Trophy et le Citroën Racing Trophy. Dès le premier secteur chronométré parcouru vendredi soir sur le site historique de la Citadelle de Namur, c’est évidemment Pieter Tsjoen qui s’est emparé du commandement. Un leadership qu’il ne quittera jamais au terme des 22 étapes spéciales programmées jusqu’à ce dimanche après-midi. Derrière, une fois encore, Patrick Snijers s’est montré le plus tenace en signant par sept fois le meilleur temps (dont un ex aequo avec Tsjoen) au volant de sa Subaru Impreza. En finissant à 1 min 11 du vainqueur, il a démontré – une fois de plus – que sa motivation est intacte. Mais Pieter Tsjoen n’a jamais faibli. "J’ai constamment piloté en tenant un rythme élevé," expliquait le nouveau recordman des victoires à l’arrivée. "C’est le meilleur moyen d’éviter les pièges, les crevaisons. Même si le soleil a été de la partie d’un bout à l’autre de la course, le parcours était truffé de pièges. Je me suis bien amusé. Les étapes spéciales de la région mosane sont vraiment très belles. À l’exception, peut-être, de la portion de terre de Naninne qui faisait souffrir ma voiture particulièrement basse." Derrière ce solide vainqueur et celui qui, peu à peu, prend des allures de Poulidor dans le championnat de Belgique, on trouve un étonnant Mattias Boon qui a remarquablement réussi son entrée dans le monde restreint des WRC. Et puis, à la 4e place, Freddy Loix dont le Wallonie servait de baptême du feu avec la Skoda Fabia Super 2000. "Comme prévu, il n’y avait rien à faire contre les WRC les mieux pilotées," admettait Freddy à l’arrivée. "Mais je suis ravi de constater, quand même, que trois de ces engins sophistiqués se trouvent derrière moi en final. Dès le début, j’ai transformé cette course en séance d’essai grandeur nature. La prochaine étape, ce sera le Sezoens Rally. Je veux être au top de ma forme et maîtriser totalement le comportement de la Fabia Super 2000 en débarquant à Ypres fin juin." Melissa Debackere clotûrait le top 5 : "J’ai sans doute tenté d’attaquer un peu trop dans les premiers tronçons et j’ai commis quelques petites erreurs. Par la suite, les choses se sont améliorées." En Groupe N, promis à une belle bagarre, les choses se sont assez rapidement décantées. Finalement, c’est Alexandre Romain qui a décroché la victoire de catégorie, hissant sa Mitsubishi Lancer en 8e position. Une preuve supplémentaire du niveau du plateau. Au sein du Citroën Racing Trophy, la victoire semblait revenir au Hollandais Hans Weijs Jr mais un souci de cardan l’a immobilisé dimanche matin. Le classement est toutefois suspendu à la suite de vérifications techniques. Parmi les Fiesta, c’est Cédric De Cecco qui s’est imposé d’un bout à l’autre alors que ses rivaux ont connu de nombreux soucis. Arnaud Clause, régional de l’étape, a honoré sa réputation en dominant cette manche du Belgian ConXion Historic Championship au volant de sa Ford Escort MKII Gr.4 qu’il plaçait à une jolie 23e place. Samedi, le RACB Rally Critérium avait rassemblé 58 équipages et 7 leaders différents se sont succédé. Finalement, c’est Laurent Léonard qui imposait sa Renault Clio RS Cup.

112201115108_Wall_Boon.jpg

Sezoensrally - Même la terre de Bocholt ne peut arrêter Tsjoen


En signant une quatrième victoire consécutive, Pieter Tsjoen a fait un pas important en direction du titre. Même sur son terrain de jeu favori, Patrick Snijers ne parvenait pas à entraver la marche triomphale du leader du championnat. Avec à son actif 7 meilleurs temps sur 12 spéciales, Pieter Tsjoen démontrait qu'il ne craignait personne pour l'instant en Belgique. De la première à la dernière spéciale, Pieter Tsjoen a dominé ce Sezoens Rally, même si l'on se demandait avant le départ s'il pouvait briller sur la terre. "Je n'avais pas d'excellents souvenirs de ce Sezoens Rally. En 2006, j'étais sorti de la route alors que je menais l'épreuve. Et avant cela, j'avais aussi déjà terminé sur le toit avec la Saxo. Pourtant, ce parcours ne m'effraie pas. Et je l'ai prouvé dès la première spéciale. Sans trop vouloir faire le spectacle, adoptant un style très propre, j'ai contrôlé mon avance dans les spéciales restant à disputer," confirmait Pieter. Au cours de la dernière boucle, la bataille faisait encore rage pour la deuxième place entre deux pilotes Subaru. Auteur d'une très belle course, Mark van Eldik conservait finalement un avantage de 17" sur Patrick Snijers. "J'ai pourtant commis trois erreurs dans la spéciale de Goolder, au dernier passage également, car je voulais trop en faire," souriait le Néerlandais, qui décidait dans la foulée de poursuivre ses efforts en Championnat de Belgique. Durant toute la journée, Patrick Snijers a donné le maximum, mais le septuple Champion de Belgique devait se satisfaire de la troisième place. "J'étais venu pour gagner, mais il n'est pas possible de battre la Focus WRC08 de Pieter Tsjoen avec la Subaru Impreza WRC S12. Et Mark van Eldik a vraiment fait une belle course," reconnaissait Snijers. La quatrième place revenait à Freddy Loix sur sa Skoda Fabia Super2000 portant les couleurs de BFO, sponsor ayant installé sur la Place de l'Eglise à Bocholt une impressionnante structure d'accueil. "Je suis particulièrement satisfait," expliquait Freddy. "Nous avons énormément progressé aujourd'hui sur les réglages de la Skoda. Les écarts par rapport aux WRC n'ont cessé de se réduire." En Groupe N, le suspense était encore plus intense jusqu'à l'arrivée puisque Mathias Viaene se compliquait la vie en commettant deux petites erreurs. Jonas Langenakens revenait à 9" de son adversaire, mais devait finalement se contenter de la deuxième place devant Vincent Verschueren. En Historic, Dirk Deveux dominait les débats, mais il devait renoncer en vue de l'arrivée avec une boîte cassée. La victoire revenait ainsi in extremis à Yves Bruneel, le pilote Fixion, devant son équipier Chris Debyser. La deuxième manche du Ford Fiesta SportTrophy était remportée par Cédric de Cecco, qui devançait d'une demi-minute Cédric Cherain. Agé de 21 ans à peine, Jean-Luc Berleur remportait la manche du Critérium devant Roosen et Van Keer.

1122011151229_Sez_Tsjoen.jpg

Geko Ypres Rally - Fast Freddy passe la 6ème


Freddy Loix a décroché une impressionnante victoire dans la manche belge de l’Intercontinental Rally Challenge ce week-end. Derrière sa Skoda Fabia Super 2000, la voiture-sœur de Jan Kopecky. Thierry Neuville, sur une Peugeot 207, termine à une remarquable 3e place. Freddy Loix était déjà le détenteur du plus grand nombre de victoires à Ypres mais ce samedi soir, il a creusé un peu plus encore l’écart sur d’éventuels candidats à son record. Désormais, il compte six succès dans la ville des chats et celui conquis ce week-end n’est pas le moins impressionnant. "Ce rallye, c’est un peu comme un come-back pour moi," racontait-il à l’arrivée. "Je n’avais pas la moindre idée de ma compétitivité avant le départ. Heureusement, j’ai été vite rassuré. Je me suis rapidement retrouvé en bagarre avec Kris Meeke, vainqueur de l’épreuve l’an dernier et champion IRC en titre." Une bataille à coups de dixièmes de secondes qui a tourné à l’avantage de Loix dès le 3e secteur chronométré mais qui s’est brutalement terminée pour la Peugeot 207 de l’Irlandais dans la 2e spéciale samedi matin. "La sortie de route de mon principal rival ne m’a pas permis de ralentir la cadence pour autant," précise Freddy. "Jan Kopecky n’a cessé de mettre la pression. Jusqu’à la dernière spéciale, je n’ai pas baissé la cadence." Au terme des 19 spéciales – dont l’une a été neutralisée -, Freddy Loix a signé dix meilleurs temps contre 6 à Kopecky et 3 à Meeke. "Assurément, c’est ma plus belle victoire en IRC," souligne le Limbourgeois. "Je n’avais jamais roulé aussi vite dans les courbes rapides. Cette Skoda Fabia est d’une incroyable efficacité. Je me suis immédiatement senti en confiance." Si Skoda a remporté un retentissant doublé, Kopecky finissant à 21,4 secondes de Loix au terme des deux journées de course, Thierry Neuville a réalisé l’autre exploit de l’épreuve en terminant au 3e rang. Le représentant du RACB National Team en rallye a signé d’excellents chronos sans prendre de risques. "Il y a deux ans, Ypres constituait l’un des premiers rallyes de ma carrière," explique l’espoir du rallye belge. "Terminer 3e de cette épreuve, c’est une belle satisfaction. Je suis ravi, surtout, qu’au plus fort de la bagarre entre Freddy (Loix) et Kris (Meeke), je leur concédais entre 2 et 3 dixièmes au kilomètre. Mais je dois continuer à apprendre." "C’est certainement d’un pilote du calibre de Thierry Neuville que la relève viendra," ajoute Freddy Loix. "Un jour, c’est lui qui se battra pour la victoire dans le Westhoek." Autre Belge très méritant: Bernd Casier. Sur une Skoda Fabia qu’il découvrait, le régional de l’étape, s’est classé 4e. "Je manquais de kilomètres au volant de cette Super 2000," racontait-il à l’arrivée. Quelques-uns de nos compatriotes n’affichent pas la même satisfaction. Pieter Tsjoen, par exemple, est sorti de la route dans un des premiers tronçons du samedi. Pour Patrick Snijers, c’est la frustration d’un moteur cassé dans l’ultime chrono qui est difficile à accepter. Très animé lui aussi, le Groupe N, d’abord dominé par le Hollandais Van den Heuvel jusqu’à son abandon précoce, semblait promis à Alexandre Romain (Mitsubishi Lancer Evo X) mais le bel élan de l’Ardennais fut brisé par une crevaison et un problème d’intercooler. Mathias Viaene (Mitsubishi Lancer Evo X), longtemps 2e, n’hérita pas non plus de la victoire à cause d’une crevaison, Stéphane Lhonnay (Mitsubishi Lancer Evo IX) coiffant les lauriers flandriens. Viaene finit tout de même sur la 2e marche du podium, devant le Suisse Florian Gonon (Subaru Impreza STI). Romain échoue au 4e rang. En Ford Fiesta SportTrophy, profitant de l’abandon (moteur cassé) de Cédric Cherain avant l’ultime boucle, Ghislain de Mévius s’est imposé pour la 2e fois de sa jeune carrière devant Anthony Martin et Filip Pyck. De même, le Citroën Trophy Belux est tombé dans l’escarcelle du jeune Hollandais Hans Weijs ‘copiloté ‘ par Bjorn Degandt. Le Britannique Martin McCormack et Davy Vanneste complètent ce podium dans la course. Enfin, la manche belge du Clio R3 European Trophy était logiquement menée par Kris Princen jusqu’à son abandon sur panne d’alternateur à l’entame de la 4e spéciale. Du coup, c’est Kevin Abbring, un autre jeune Hollandais en pleine ascension, qui héritait des rênes de la course, qu’il conservait soigneusement jusqu’au podium final. Le Français Pierre Campana, 2e devant Eric Mauffey, réalisait le bon coup du week-end en passant en tête du trophée. Enfin, le 18e Ypres Historic Rally a été remporté par Robert Droogmans (Ford Escort) devant Vandoorne (Ford Escort) et David Maslen (Triumph TR7 V8). Le classement national de cette épreuve est quant à lui revenu à Bernard Munster (Opel Kadett C), Vanden (BMW 323 E21) et Caillau (Opel Ascona) complétant ce podium.

112201115131_Ypr_Loix.jpg

Omloop van Vlaanderen - Pieter Tsjoen, vainqueur et champion


Pieter Tsjoen et Eddy Chevaillier (Ford Focus WRC) ont largement dominé la 51e édition de l’Omloop van Vlaanderen. Une 5e victoire belge cette saison qui permet au pilote flandrien de coiffer sa 6e couronne de champion de Belgique. À Roulers, Freddy Loix (Skoda Fabia Super 2000) et Melissa Debackere (Toyota Corolla WRC) ont complété le podium Grandissime favori de l’épreuve, Pieter Tsjoen a largement justifié son statut en prenant la tête du rallye depuis le premier mètre chronométré. Un leadership qu’il a assumé jusqu’au bout de l’épreuve composée de quatorze étapes spéciales. "C’est vrai que cette victoire ne fut pas la plus difficile de ma carrière à conquérir," expliquait-il à l’arrivée. "Encore fallait-il éviter tous les pièges du parcours et ne pas céder à la tentation de la déconcentration." Un type d’erreur qui fut, en effet, fatal à Paul Lietaer. Le régional de l’étape, toujours au volant de sa Subaru Impreza WRC, s’acheminait vers la 2e place quand une sortie de route le renvoya au rang de spectateur. Du coup, Freddy Loix et Stefaan Vallaeys, héritaient de la 2e place sur la Skoda Fabia Super 2000. "J’espérais finir sur le podium mais obtenir le premier accessit me comble," racontait Freddy à l’arrivée. "D’autant que pour l’occasion, j’étais accompagné par un copilote dont c’était le baptême du feu." Stefaan Vallaeys, en effet, est le CEO de BFO Familly Office, le commanditaire qui soutient le programme de Freddy en Belgique et en IRC depuis le début de la saison. Melissa Debackere et Bruno Brissart complétaient le podium sur la toujours vaillante Toyota Corolla WRC devant la Peugeot 207 Super 2000 de Dominique Bruyneel et Lara Vanneste. De leur côté, Didier Duquesne et Bart Ruyssen clôturaient le top 5 sur leur Toyota Celica et remportaient la classe R. En Groupe N, la victoire est revenue à Langenakens-L’Hoyes dont la Mitsubishi a survolé les débats. Eddy Snaets, pour la 1ère fois associé à sa fille Steffi dans une manche du championnat de Belgique, s’est classé 2e. Stéphane Lhonnay, qui se battait pour la victoire de catégorie, est sorti de la route. En GT, c’est Tim Van Parijs qui a imposé sa Porsche alors que Chris Van Woensel était contraint à l’abandon (surchauffe moteur sur la Nissan 370Z). Au sein du Citroën Racing Trophy, la victoire est revenue à Baugnet qui a effectué une remarquable remontée après avoir perdu une minute sur sortie de route vendredi. C’est dans l’ultime tronçon du rallye qu’il décrocha la victoire alors que David Croes, leader jusqu’alors, était victime d’une crevaison. Dans le Ford Fiesta SportTrophy, Cédric De Cecco et Eric Borguet qui se sont imposés. Ghislain de Mevius occupa un moment la tête avant d’être contraint à l’abandon (casse moteur). Enfin, c’est à Monnnens-Vandenbulcke (Opel Transeurope) qu’est revenue la victoire dans cette manche du Belgian ConXion Historic Championship.

1122011151352_Omloop_Melissa.jpg

East Belgian Rally - Bernd Casier vainqueur incontestable


Bernd Casier n’a laissé à personne le soin de contester sa première victoire dans un rallye belge. À l’East Belgian Rally, ce samedi, le Flandrien s’est octroyé tous les meilleurs temps au volant de la Ford Focus WRC 08 qu’il découvrait. Thierry Neuville, sur la Peugeot 207 Super 2000, s’est classé à une impressionnante 2e place alors qu’Erik Van Loon (Ford Focus WRC 08) a terminé sur la dernière marche du podium. L’avant-dernière manche du championnat de Belgique des rallyes a tenu ses promesses. Pour sa renaissance grâce à la collaboration entre l’AMC St-Vith et les organisateurs du TAC Rally, l’épreuve dans les Cantons de l’Est a bénéficié d’une météo exceptionnelle et de la présence d’un public très nombreux et passionné. "Je suis vraiment très heureux de m’imposer sur ce parcours légendaire," clamait Bernd Casier à l’arrivée. "Jusqu’à présent, je m’étais toujours classé aux places d’honneur. C’est ma première victoire en championnat de Belgique!" Cette victoire, le Flandrien l’a façonnée d’un bout à l’autre de la course. "C’est en dernière minute que nous avons décidé d’aligner la Focus WRC 08," soulignait le vainqueur. "Je n’avais parcouru que deux kilomètres à son volant avant le départ et dans les premiers secteurs chronométrés, je cherchais un peu mes marques. Mais je suis ravi d’avoir remporté les treize meilleurs temps de ce parcours fabuleux." Le seul à approcher les chronos du leader, ce fut Thierry Neuville, présent à l’East Belgian Rally grâce au soutien d’une vingtaine de patrons de sociétés de la région, conscients du potentiel de cet authentique espoir de la compétition routière. "Au départ, j’espérais terminer 5e," confiait-il. "Deuxième, derrière une inaccessible WRC, ce n’est pas mal! Voir tout ce public qui s’agitait à chacun des passages de notre Peugeot 207 Super 2000, c’était très amusant. On s’est vraiment régalé." Derrière le Hollandais Erik Van Loon (Ford Focus WRC 08) qui complétait le podium, c’est le vainqueur du groupe N qui arrachait la 4e place dans les derniers secteurs. "Le rallye avait pourtant mal commencé pour nous," racontait Alexandre Romain puisqu’une crevaison nous coûta environ 25 secondes. "Petit à petit, je suis remonté pour remporter la catégorie. C’est donc au Condroz que le titre se jouera." 5e, Paul Lietaer avouait avoir connu des difficultés dans les derniers tronçons parcourus de nuit: "Ce parcours était superbe mais difficile," expliquait-il. "Ma voiture n’a cependant pas connu de soucis. C’est moi qui n’étais pas toujours dans le bon rythme." Thierry Neuville n’était pas le seul ‘régional de l’étape’ à briller. Bruno Thiry, dont les apparitions en rallye sont devenues très rares, fit honneur à ses nombreux supporters en survolant les débats parmi les concurrents du Citroën Racing Trophy, tout en finissant à une très jolie 11e place. Quant à la catégorie GT, c’est à Patrick Snijers qu’elle est revenue au volant d’une Nissan 350 Z qu’il découvrait. Au sein du RACB Critérium, Francis Lejeune (Porsche 911 GT3) a dominé les débats sur les 8 spéciales disputées tandis que cette manche du ConXion Historic Championship est revenue à Filip Barbier sur une Porsche 911.

1122011151458_EBR_Casier.jpg

Rallye du Condroz - Freddy Loix en survivant


Bien malin celui qui a pu prédire le top 5 de ce 37e Rallye du Condroz… Aux asphaltes naturellement glissants des régions condruzienne et hesbignonne et à leurs relents de betteraves s’est jointe une météo à ne pas mettre un slick dehors. Résultat: une hécatombe à tous les étages qui ne doit surtout rien enlever à la beauté et la qualité de la victoire de Freddy Loix au volant de sa Škoda Fabia S2000, sa 3e à Huy. Favori logique de cette édition 2010 au volant de sa Ford Focus WRC 05, Bernd Casier entama son parcours du combattant avec sagesse et lucidité. Enchaînant les meilleurs temps à la façon de Pieter Tsjoen, samedi, le Flandrien s’avouait pourtant le premier surpris de se retrouver en tête du rallye: "Mon début de course fut compliqué par la casse de la barre antiroulis, avec laquelle j’ai dû disputer les deux premières spéciales, puis par une panne d’alternateur en fin de 1ère boucle", racontait Bernd samedi soir. "C’est vrai, j’ai la voiture la plus puissante mais encore faut-il réussir à la garder sur la route! Rouler plus vite, ça signifie aussi des freinages plus costauds. Sincèrement, je croyais que je serais derrière Loix et Neuville et je suis content de la façon dont je gère ce début de rallye". De fait, les deux lascars, derrière, ne se faisaient pas de cadeau, ni même à Casier, d’ailleurs, se battant à coups de secondes comme faisant fi des lois qui régissent l’équilibre. Un coup à Thierry, un coup à Freddy. "Je peux vous dire que moi, je ne suis pas du tout surpris par les performances de Thierry", assurait Loix. "C’est un pilote extrêmement rapide et je m’attendais à devoir sortir le grand jeu pour lui tenir tête". Hormis une panne de pot d’échappement en fin de première étape ayant empêché Fred Miclotte de lire ses notes tant l’habitacle était embué, rien n’est venu entraver la course victorieuse de Fast Freddy. Que du contraire… Car des trois hommes en tête, c’est Neuville qui faillit le premier. Une glissade, une touchette... et un radiateur percé. Pour colmater la fuite, Neuville et Nicolas Klinger perdent six minutes sur le routier. Bilan: une minute de pénalité, à laquelle s’ajoutèrent de précieuses secondes perdues dans la dernière boucle du samedi (une glissade dans un champ puis une crevaison). Et la 5e place pour la 207 S2000 de Peugeot Belgique, à plus 4:35 de Casier… Alors, Bouche (moteur), Jullien, Lietaer, Gaban (sorties), qui livrait un festival d’anthologie avec sa Porsche, Deferm et Van de Wauwer, pour ne citer qu’eux, avaient déjà rendu les armes. L’hécatombe allait se poursuivre dimanche. Avec Casier qui, parti en tonneaux dès le matin, offrait la tête de la course à un Loix bien malheureux de se retrouver sans adversaire. Dès lors, Freddy dut se contenter d’assurer sa victoire, tandis que Thierry Neuville, loin derrière, retrouvait toute sa verve pour prouver que cette 2e place reconquise au détriment d’adversaires partis à la faute ou trahis par leur mécanique (Debackere, Bonjean), il la méritait, malgré tout. Sur la 3e marche du podium, Stéphane Lhonnay, aidé notamment par l’abandon d’Alexandre Romain qui dominait les débats samedi, a fait coup triple puisqu’il s’est adjugé la victoire et, surtout, le titre en Groupe N. Grooten et Cherain complètent le top 5 de cette édition riche en faits de course… Jusque dans les derniers kilomètres où Xavier Baugnet, alors 9e du général, put dire adieu à la victoire et au titre dans le Citroën Racing Trophy Benelux, revenus tous deux au jeune Hollandais Hans Weijs Jr. Du côté du Ford Fiesta Sport Trophy, le champion Cédric De Cecco s’est finalement imposé au terme d’une course marquée par la violente sortie de route de Ghislain de Mevius, alors bien en tête. Le fils de Grégoire s’en tire avec deux côtes cassées et son copilote avec une fracture à l’humérus.

112201115162_Condroz_Loix.jpg