2012

Pieter Tsjoen seul recordman avec 8 titres


Le Championnat de Belgique des Rallyes 2012 a été placé sous le signe du duel entre les deux recordmen de titres, Patrick Snijers et Pieter Tsjoen. Avec chacun à leur actif sept couronnes belges, les deux duellistes visaient un nouveau record, celui de 8 titres nationaux. Pieter Tsjoen pouvait compter sur la Citroën C4 WRC au volant de laquelle il avait déjà remporté le titre en 2011 tandis que Patrick Snijers devait tenter de compenser le léger déficit sur les rallyes belges de sa Mini JCW WRC à moteur 1.6T.

Rapidement, la hiérarchie était claire. Pieter Tsjoen remportait avec brio le Rally van Haspengouw et le TAC Rally. A Landen, Snijers perdait de précieux points en sortant de la route en fin de rallye. A Tielt, il était mis sous pression par la Peugeot 207 Super2000 de Freddy Loix, dont l'objectif était en 2012 le Championnat de France. En Hesbaye, Jonas Langenakens s'offrait une belle deuxième place sur la Ford Focus WRC08 du team NCRS, devant Vincent Verschueren, qui faisait ses débuts sur la VW Polo Super2000 de l'équipe Godrive. A Tielt, Langenakens terminait quatrième alors que son équipier, Mathias Viaene, enregistrait son deuxième abandon consécutif sur la Subaru Impreza WRC S12 de NCRS.

Lors du Rallye de Wallonie, Pieter Tsjoen confirmait sa mainmise sur la compétition. Après les abandons de Langenakens, Bonjean et Stéveny, les deux dernières marches du podium revenaient à Snijers sur sa Mini et à Viaene sur la Subaru. Manche suivante, le Sezoens Rally était prématurément arrêté suite à un accident mortel survenu lors de la deuxième spéciale. La moitié des points étaient attribués, Pieter Tsjoen s'offrant la victoire alors que Viaene devait à nouveau renoncer.

A Ypres, Juho Hänninen imposait sa Skoda Fabia Super2000 officielle devant Freddy Loix, qui tirait le maximum de sa Peugeot 207 Super2000. Pieter Tsjoen concluait une très belle prestation à la troisième place, précédant d'une quarantaine de secondes son rival pour le titre, Patrick Snijers, sur la version RRC de sa Mini.

La 8ème victoire de Pieter Tsjoen à l'Omloop van Vlaanderen permettait au pilote est-flandrien de remporter son 8ème titre de Champion de Belgique, devenant ainsi le nouveau recordman de titres. Le podium était complété par les Néerlandais Jeroen Swaanen, qui allait devenir Champion des Pays-Bas, et Bob de Jong.

A l'East Belgian Rally, le nouveau Champion était absent. Mais son remplaçant, Bernd Casier, signait une très belle performance puisqu'il dominait l'épreuve de bout en bout. Le Français Eric Brunson réalisait également une belle course, sans pouvoir cependant menacer Casier, alors que Chris Van Woensel s'offrait une superbe troisième place avec sa BMW 130i, Stéphane Lhonnay étant parti à la faute en fin d'épreuve.

Au Rallye du Condroz, Bernd Casier était à nouveau le plus rapide, même si Patrick Snijers se défendait bec et ongle jusqu'au dernier mètre. Snijers terminait deuxième devant Xavier Bouche sur une Citroën Xsara WRC.

En Classe 2, Vincent Verschueren s'offrait le titre sur la VW Polo Super2000. La Classe 3 était dominée par Bob Colsoul. En GT, Guino Kenis remportait le titre sur sa BMW Z4. Geoffrey Vander Schelden était couronné Champion de la Classe 5 tandis que Guillaume Dilley en faisait de même en Classe 6. Et dans le Ford Fiesta SportTrophy, la victoire finale revenait à Xavier Baugnet.

29122013222131_Omloop2012.jpg

Rally van Haspengouw - Tsjoen sacré, Snijers dépité


Comme on pouvait s'y attendre la fin de course de cette 15ème édition du Rally Haspengouw a été très sélective. Sur ce type de parcours, les moteurs et les transmissions sont mis à rude épreuve. Ce n’est pas pour autant que les pilotes ne souffraient pas puisqu’un des plus grands animateurs de la journée, Patrick Snijers, finissait par commettre un écart de trajectoire dans la dernière spéciale qui lui coutait 25 minutes! Très mal récompensé de ses efforts, il rejoignait Dirk Van Rompuy, alors 3ème en Historic (moteur), Geert Beauprez (roulement) ou encore Mathias Viaene (transmission) dans la liste des abandons. Le retrait de ce dernier était également regrettable car il privait l'épreuve du suspense pour la composition du podium final tout aussi agité. Si Jonas Langenakens ne s’attendait pas à rééditer sa deuxième place de 2011… que dire alors de la troisième signée par Vincent Verschueren! Le premier découvrait le pilotage d’une WRC alors que le second en faisait de même avec la VW Polo Super 2000 du team Godrive! Sur la plus haute marche du podium, on retrouvait logiquement un Pieter Tsjoen maîtrisant parfaitement son sujet et parvenant à éviter toute erreur trop pénalisante, même s'il en a commis quelques-unes. Sur les 14 spéciales au programme, Snijers parvenait tout de même à en subtiliser 4 à son rival pour le titre.

29122013211158_HASP2012.jpg

TAC Rally - Pieter Tsjoen intouchable


Quinze meilleurs temps sur les seize spéciales figurant au programme de la deuxième manche du BFO-BRC 2012. A lui seul, ce chiffre illustre parfaitement la domination du pilote de la Citroën C4 WRC sur cette 39ème édition du TAC Rally.

"J’ai attaqué fort dans la première spéciale, ce qui m’a directement permis de faire le trou," confirmait le leader du Championnat de Belgique des Rallyes, qui compte à son actif deux victoires en autant d’épreuves cette saison. "Et si j’ai pu attaquer ainsi, c’est que je me sens désormais à l’aise au volant de la Citroën C4 WRC. Nous avons fait des essais la semaine dernière et la C4 est désormais réglée comme je le souhaite. Maintenant, je n’ai pas dû la pousser dans ses retranchements sur un asphalte sec. Ce sera pour le Rallye de Wallonie je suppose !"

Auteur du dernier meilleur temps de la journée, Patrick Snijers a surtout regardé dans ses rétros ce samedi, surveillant du coin de l’œil ce diable de Freddy Loix et sa Peugeot 207 Super2000. "Si nous avions entamé le rallye avec une Mini comme elle est maintenant en fin de journée, l’histoire aurait peut-être pu être différente," confirmait Patrick. "Mais comme Pieter s’était directement envolé… Nous allons encore travailler pour faire progresser notre Mini."

A l’arrivée, Freddy Loix était satisfait de sa prestation et de sa troisième place avec en prime évidemment la victoire en Super2000: "Ce n’était clairement pas possible de faire mieux face aux deux seules WRC qui nous précèdent. Avec notre Peugeot, nous avons roulé quasiment au maximum toute la journée, sans faire d’erreur. Et même si nous n’avons pas encore une voiture capable de gagner à Ypres, nous avons bien travaillé et nous savons dans quelle direction travailler."

Contraint à l’abandon en fin de course après un bris de moteur, Mathias Viaene a laissé finalement la quatrième place à son équipier de chez NCRS, Jonas Langenakens, auteur en fin de journée de chronos prometteurs pour la suite de la saison sur la Focus. David Bonjean devant se contenter de la sixième place après une crevaison en début de troisième boucle sur sa 307, c’est Paul Lietaer qui clôturait finalement le top 5 avec son Impreza.

En Classe 3, après le bris de turbo matinal de Bob Colsoul et la crevaison de Cédric De Cecco, ce n’était pas une Mitsubishi Lancer EvoX qui s’imposait, mais bien une Lancer Evo9, en l’occurrence celle de Philip Barbier. En Historic, Didier Vanwijnsberghe a eu le dernier mot avec sa Ford Escort BDA face à la Sierra Cosworth de Gunther Monnens. Le podium était complété par la Porsche de Ruben Maes.

En Critérium, Kris Cools n’a laissé à personne le soin de lui contester la victoire. Dominateur depuis le premier chrono, le pilote de la Mitsubishi Lancer EvoX a finalement devancé une autre Mitsubishi, la Lancer Evo9 d’Alain Renkin. Sur la troisième marche du podium avec sa Subaru, Stefaan Tjoens précède au final le jeune Markus Meyer et sa Toyota Yaris.

29122013212526_TAC2012.jpg

Rallye de Wallonie - 8ème succès de Tsjoen


174 équipages ont pris le départ, ce week-end, de la 29e édition du rallye de Wallonie, 3e manche du championnat de Belgique de la spécialité, disputée sous une météo bien changeante. Donné grand favori, Pieter Tsjoen n'a pas failli à la tâche, signant un 8e succès à Namur et une 3e victoire consécutive cette saison après l'Haspengouw et le TAC. La qualité du plateau aligné, ce week-end, à Namur laissait à penser que plusieurs concurrents seraient en mesure de mettre des bâtons dans les roues de la Citroën C4 WRC de Pieter Tjsoen, dernier vainqueur en date et champion de Belgique des rallyes en titre. Mais personne n'a été en mesure de le faire: après un départ prudent le vendredi soir à la Citadelle, Tsjoen a chaussé les bons pneus le samedi matin pour s'envoler directement, signant 15 des 22 meilleurs temps de l'épreuve. Hormis un souci d'interphone, rien n'est venu perturber sa marche en avant: « Cette 8e victoire a, en effet, été assez facile. Mais on a quand même souffert avec la météo. Il ne fallait pas se tromper de pneus! » Ni renoncer comme l'ont fait, dès le samedi, d'autres pilotes de WRC tels Philippe Stéveny (suspension cassée suite à une touchette) David Bonjean (mise hors course suite à une sortie de route), le Néerlandais Edwin Schilt (radiateur d'huile explosé) ou encore Jonas Langenakens (mise hors course samedi soir suite au retard concédé dans une double crevaison et sorti ce dimanche matin alors qu'il était reparti en super rallye). En lice pour une place sur le podium, Langenakens a ainsi laissé les accessits à Patrick Snijers et Mathias Viaene, auteurs, respectivment, de deux et trois meilleurs temps. Un trio qui, au contraire de Tsjoen et de la majorité des autres concurrents, a subi une ou plusieurs crevaison(s) dans la spéciale de Natoye. La conséquence d'un geste malveillant (3kg de clous éparpillés ont été récupérés, samedi matin, par la police) et/ou d'une plongée trop franche dans les cordes de cette même spéciale? C'est aux portes du top5 complété par les Hollandais Van Loon (première belge pour sa Ford Fiesta WRC) et Bolhaar (tous deux ont réalisé une bonne opération pour leur championnat) que Tim Van Parijs, après une chaude alerte le samedi à Malonne, a finalement hissé sa Porsche 911 GT3, prenant de justesse le dessus sur les premières Gr.N (classe 4). Une catégorie dans laquelle est survenu le dernier rebondissement du week-end avec la crevaison de Cédric De Cecco qui a permis à Bob Colsoul de lui souffler la victoire dans l'ultime chrono! Autant la déception était immense dans le chef du premier, autant la perséverance du second a payé... après avoir même dû subir, le samedi, la loi d'Eric Cunin, finalement 3e au volant de sa « vieille » Mitsubishi Evo9 ! Auteur du scratch absolu vendredi soir à la Citadelle, Anthony Martin (Evo9) se serait certainement immiscé parmi eux s'il n'avait abandonné (boîte de vitesses) samedi matin. On notera encore les performances signées par Stéphane Lhonnay pour ses débuts en WRC mais divers soucis (neutralisation, crevaison et fiabilité aléatoire de sa Skoda Octavia) ne lui ont pas permis de s'offrir un classement en rapport. Situation identique dans le chef de Chris Van Woensel, 14e et vainqueur du GrM au volant d'une BMW 130i trop puissante pour la transmission. Si la lutte s'annonçait intéressante dans le Citroën Racing Trophy, les retraits précoces de Raphaël Auquier (ES2, boîte de vitesses) et de Kevin Demaerschalk (ES4, pompe à essence) ont offert la victoire sur un plateau à Caren Burton du côté des DS3 tandis que le Français Victorien Heuninck n'a jamais été inquiété non plus du côté des C2 R2 Max. Promise à Hugo Arellano depuis les premiers kms, la victoire dans le Ford Fiesta Sport Trophy est par contre revenue au régional Adrian Fernémont suite à une sortie de route du leader à 4 spéciales du but qui l'a lourdement retardé. Un autre régional, Jordan Scaillet, a pris la 2e place devant le champion en titre, le Luxembourgeois Bob Kellen. En catégorie « Historic », Glenn Janssens a mis à profit la puissance (quelque 375cv annoncés) de sa Porsche 911 pour dominer l'épreuve du début à la fin et se classer à une superbe 19e place finale. Gunther Monnens en était relativement proche jusqu'à son abandon mécanique. Rapidement résignés pour la victoire, Ruben Maes (911) et Arnaud Clause (Ford Escort Gr.4) se sont par contre livré un superbe duel samedi, avant que Maes perde le contact suite à une crevaison dans laquelle il a perdu 3 minutes. Parmi les quelque 46 abandons, on épingle encore ceux de Bouche (Subaru WRC, moteur), Verschueren et Vanden Abeele (mécanique sur les deux VW Polo S2000), Lejeune (Porsche GT3, cardan le samedi et sortie de route ce dimanche), Collard (Subaru Gr.N, turbo), Deferm (BMW M3, décision personnelle) ou Cracco (contraint à l'abandon le vendredi soir à la Citadelle puis ce dimanche à la suite de soucis électriques sur sa Peugeot 207 S2000) notamment...

29122013212831_Wallonie2012.jpg

Sezoensrally - Accident dramatique


Après l’accident dramatique qui a coûté la vie à Roel Vrolix et Stef Winters, le Sezoens Rally 2012 a été arrêté après quatre épreuves spéciales. Comme le prévoit le règlement standard de la FIA, un classement officiel a été établi. Et pour le Championnat de Belgique, la moitié des points sera attribuée, entre 25 et 50% du parcours ayant été effectué. Au moment d'arrêter l'épreuve, Pieter Tsjoen était en tête.

29122013213410_Sezoens2012.jpg

Geko Ypres Rally - Juho Hänninen in de voetsporen van... Henri Toivonen


24-06-12 Juho Hänninen heeft zijn naam in gouden letters op het palmares van de Geko Ypres Rally gezet. De Fin realiseerde een uitzonderlijk sterke wedstrijd en is na Henri Toivonen slechts de tweede Fin die erin slaagt Ieper te winnen.

1984, de grote tijd van de Groep B's. Natuurtalent Henri Toivonen (Porsche 911 RS) overklaste Patrick Snijers (idem) door hem te kloppen met 5 minuten verschil, nadat Jean-Claude Andruet gediskwalificeerd werd met zjin Lania 037. Bijna 30 jaar later is Juho Hänninen de tweede vliegende Fin die wint op de typische asfaltbaantjes in de Westhoek. Het is de derde opeenvolgende zege van Skoda Motorsport, maar de eerste zonder Freddy Loix in het team. Fast Freddy bleef met zijn Peugeot 207 S2000 twee dagen lang de Skoda onder druk zetten. Van start tot finish zat Loix op de limiet, maar niets bracht Hänninen van de wijs;

De derde plaats ging naar de leider in het Belgisch kampioenschap, Pieter Tsjoen, die de overstap van zijn vertrouwde WRC naar de Skoda Fabia S2000 weer prima verteerde. Patrick Snijers moest tevreden zijn met de vierde plaats in zijn Mini Countryman, zodat de Belgische titelstrijd bijna beslecht is. In de Omloop van Vlaanderen kan Pieter Tsjoen zijn achtste Belgische titel, een absoluut record, veilig stellen.

De vijfde en zesde plaats gingen naar Michal Solowow en Patrik Flodin, voor Mathias Viaene (Peugeot 207 S2000), die door een schuiver en een lekke band in Vleteren heel wat tijd verloor. In de slotfase wipte hij nog over die andere NCRS Peugeot van Jonas Langenakens, die problemen had met de koppeling. Vincent Verschueren reed een erg sterke wedstrijd, maar op de allerlaatste proef zakte de VW Polo S2000 door zijn ophanging. De top 10 werd vervolledigd door Andreas Aigner en Antonin Tlustak. In Klasse 3 ging de overwinning naar Bob Colsoul, die zijn belangrijkste concurrenten Cédric De Cecco en Kris Princen van de baan zag gaan.

Martin Kangur was met een 12de plaats algemeen de snelste in de 2WD Cup met zijn Honda Civic. Na de sorties van Caren Burton, Quentin Gilbert, Mathieu Arzeno en Quentin Gilbert, was Melissa Debackere de snelste tijd de DS3's, terwijl Davy Vanneste schitterde met zijn C2-R2 Max. In de Fiesta Trophy ging de zege naar Xavier Baugnet, voor de 22-jarige Thibault Radoux.

29122013221943_Ieper2012.jpg

Omloop van Vlaanderen - Victoire et 8ème titre pour Pieter Tsjoen


La 53e édition du CONXION Omloop van Vlaanderen se termine finalement sur l’étape du Zoning, avec la victoire de Pieter Tsjoen. C’est sa huitième victoire à Roulers, dont les cinq dernières à la suite. De plus, cette victoire lui rapporte un 8è titre de champion de Belgique. Un véritable record ! Alors que Swaanen avait un peu réduit le rythme, Bob De Jong s’approcha d’un coup un peu fort de la Subaru. A deux spéciales de l’arrivée les 2è et 3è du general n’étaient plus séparés que de 19 sec ! De Jong reprendra encore quelques secondes mais ce sera insuffisant pour prendre in-extremis la deuxième marche du podium. La lutte entre les deux pilotes BMW, Lefevere et Van Woensel fut l’un des nombreux points d’intérêt des suiveurs de l’épreuve nationale. Dans cette bataille à coup de secondes, Chris Van Woensel perdra malheureusement 20 secondes dans l’étape n°13, suite à une Crevaison. Chris tentera le tout pour le tout pour repasser devant Andy, mais il échouera finalement pour 2,5 secondes.

29122013222131_Omloop2012.jpg

East Belgian Rally - Bernd Casier, du départ à l'arrivée


Les Cantons de l'Est accueillaient ce week-end la septième manche du Championnat de Belgique des Rallyes. Sous un soleil agréable, les pilotes ont pu profiter des belles spéciales, à la fois rapides et techniques, de la région de Saint-Vith. L'absence de l'octuple Champion de Belgique, Pieter Tsjoen, aurait dû permettre d'assister à une course plus ouverte que d'habitude. Ce n'était pas réellement le cas puisque Bernd Casier, déjà victorieux en 2010, a mené l'épreuve de bout en bout.

Deux fois vice-champion de France, Eric Brunson n'a pas ménagé ses efforts, mais il n'a pu réellement inquiéter Bernd Casier. Après la première boucle, le Flandrien contrôlait son avance: "Nous avons fait deux fois la différence dans la spéciale de Saint-Vith, une spéciale comptant quelques portions particulièrement rapides. Dans les autres spéciales, nous avons aussi roulé vite, mais sans prendre de risques."

Dès le premier chrono, le plus rapide derrière les intouchables Casier et Brunson n'était autre que Stéphane Lhonnay. Les autres pilotes de WRC connaissaient un début de journée difficile: David Bonjean restait de longues minutes coincé dans un fossé de la première spéciale alors que Jonas Langenakens, pas dans le rythme, perdait gros à la suite d'une crevaison. Le pilote de la Skoda Octavia WRC de BMA était bien parti pour s'offrir le podium quand il rencontrait des soucis de différentiel puis d'embrayage. Visiblement inquiet au moment de partir à l'assaut des dernières spéciales, le pilote de la Skoda commettait une erreur dans l'avant-dernier chrono et devait renoncer.

La troisième place finale revenait ainsi à Chris Van Woensel, une nouvelle fois impressionnant sur sa BMW 130i. La quatrième place revenait à la Renault Mégane RS de Cédric Cherain, victorieux en Classe 3. Dans cette catégorie, et même s'il était précédé par Anthony Martin, Bob Colsoul s'offrait le titre national.

D'autres pilotes ont pu célébrer un titre à Saint-Vith. Cinquième du général, Vincent Verschueren s'offrait la victoire et la couronne en Classe 2. Quant à Guino Kenis, sa deuxième place en GT derrière Tim Van Parijs lui suffisait pour remporter les lauriers en GT.

Casier_EBR12_AR007.jpg

Rallye du Condroz - Bernd Casier au troisième essai


Pour la troisième fois consécutive, Bernd Casier s’alignait à Huy avec un seul objectif: la victoire. Et si la mécanique a semblé vouloir lui jouer de vilains tours, au final, il s’est imposé face à un Patrick Snijers qui se serait bien vu empocher une dixième victoire à Huy. Seulement voilà, c’était bel et bien au tour du pilote de la Ford Focus WRC08. Troisième, Xavier Bouche a signé une jolie performance pour son retour à Huy au volant d’une voiture inédite en Championnat de Belgique. De quoi lui donner envie de s’aligner dans quelques manches en 2013... Cette fois, Bernd Casier a le sourire. Victime d’un vilain casse-vitesse en 2010 alors qu’il a toutes les cartes en main pour s’imposer, surpris par ses pneus froids en 2011, il n’a pas raté cette nouvelle opportunité qui s’offrait à lui. Et pourtant. Lorsque le support intermédiaire de l’arbre de propulsion marque des signes de faiblesse dans la première boucle de dimanche, le Courtraisien n’en mène pas large. Il garde contenance devant le parterre de journalistes venu aux nouvelles mais le garçon n’est guère optimiste. Et lorsque l’ingénieur détaché par Ford nous avoue que la réparation de fortune a 50 % de chance de réussite, on a bien du mal à rester confiant. Seulement voilà, il devait être écrit que c’était l’année de Bernd. «je suis soulagé de pouvoir enfin grimper sur la plus haute marche du podium. Cette journée de dimanche fut particulièrement éprouvante pour mes nerfs. J’ai vu mon avance réduite de moitié mais l’auto a tenu et c’est le principal. J’ai enfin vaincu cette malédiction condruzienne. Maintenant, je suis prêt à remporter les dix prochaines éditions! (rires)» Second, Patrick Snijers garde le sourire sous le soleil couchant de cette fin d’après-midi. Ce n’est pas une habitude pour cet homme qui a toujours eu du mal dans la défaite. Seulement voilà, l’homme a tout donné et sa seconde place a valeur de victoire. Avec une MINI WRC parfaitement préparée mais jamais à la hauteur des performances des anciennes WRC, Patrick n’a rien laché et il échoue à moins de trente secondes. Accroché par Stéphane Lhonnay en début de seconde journée, Xavier Bouche a repris sa marche en avant dans les cinq dernières spéciales en montant des pneus neufs sur le train avant. Une décision suffisante pour s’asseoir définitivement sur la troisième marche du podium. Le héros local sur la Skoda Octavia WRC n’a pas pu égaler son meilleur résultat. Mais la satisfaction n’en est pas moins là: «J’ai gardé la pression jusqu’au bout puisque nous avons encore fait une petite erreur dans Ben-Ahin, mais que je sache, l’Octavia n’a jamais été championne du monde. Je suis content d’avoir pu accrocher des voitures plus récentes et puis j’insiste aussi sur le fait que cette auto peut être absolument fiable sur un Condroz puisque nous n’avos pas rencontré le moindre souci.» Cinquième, Vincent Verschueren impose sa Volkswagen Polo S2000 dans sa classe. L’homme a signé une très belle performance pour son premier Condroz en voiture moderne. Très accrocheur, il a réussi à pousser le jeune Jonas Langenakens, pourtant doté d’une bien plus performante Subaru Impreza WRC S10, dans les cordes. Méritant, le blondinet passait le Flying Finish de l’ultime chrono mais la Japonaise n’en voulait plus. La sixième place est occupée par le Hollandais Bob De Jong qui n’a pas démérité à bord d’une impressionnante Mitsubishi Lancer WRC. Septième, Anthony Martin signe un résultat de choix sur des routes particulièrement vicieuses. Jouant un temps dans le Top 6, le pilote de la Mitsubishi Lancer EvoIX profite des faits de course de la fin de course pour terminer septième et premier du Gr.N loin devant la Renault Megane RS d’un Cédric Cherain une nouvelle fois très convaincant mais qui commettait une petite sortie dans un champ avant d’être victime d’une crevaison qui le reléguait à la onzième place finale. La huitième place échoit à Lionel Hansen qui a finit par prendre pleinement confiance à bord de sa superbe Subaru Impreza WRC S10. Après avoir beaucoup joué sur les réglages et auteur d’une petite promenade dans un champ samedi, l’ingénieur de chez Overdrive signe un beau résultat pour ses premiers tours de roue dans des conditions aussi délicates. Deux Mitsubishi clôturent le Top10 avec Marc Streel qui l’emporte en classe A8 devant le Hollandais Jonkers. Du côté des petites tractions, Caren Burton s’impose parmi les DS3 après le retrait, sur sortie de route, du très rapide Raphaël Auquier. En C2-R2, c’est Guillaume Dilley qui remporte ce Condroz mais c’est son second, Victorien Heuninck qui s’impose au sein du Citroën Racing Trophy réservé aux C2-R2. Dans le Ford Fiesta Racing Trophy, Xavier Baugnet est le champion 2012 et il l’emporte à Huy parmi les Fiesta, malgré d’incessantes coupures électroniques. Il est même venu s’immiscer en fin de course dans le duel pour la victoire en Classe R2 que se livrait David Croes et Manu Canal-Roblès.

29122013222631_Condroz2012.jpg