2015

Rally van Haspengouw - Victoire inespérée pour Princen-Kaspers

Kris Princen et Peter Kaspers ont idéalement entamé leur nouvelle collaboration avec Peugeot Belux et le team DG Sport. Non seulement ils se sont adjugés la première spéciale disputée dans ce nouveau contexte mais ils ont aussi remporté la victoire dans le Rally van Haspengouw, réalisant d'emblée une bonne affaire dans le cadre du Championnat de Belgique des Rallyes.

D'aucuns diront que cette victoire a été facilitée par les abandons de Freddy Loix et Chris Van Woensel. Ce dernier n'a pas eu l'occasion de démontrer son potentiel au volant de la Mitsubishi Lancer WRC. Un bris de goujons de roue a entraîné son abandon après l'ES 2. Quant à Loix, il semblait, après une crevaison pénalisant Princen de 38" dans l'ES 2, être parti vers une victoire facile. Mais un bris de moteur signifiait son abandon après la 1ère boucle. Kris Princen n'en a pas moins livré une prestation très convaincante. Il a signé le meilleur temps dans 9 des 13 spéciales au programme.

Derrière, la lutte a été passionnante et fertile en rebondissements. Patrick Snijers a d'abord dû renoncer à sa 5ème place suite à un bris de différentiel. Le 3ème passage dans les spéciales de Zepperen et Gelmen a esuite occasionné pas mal de dégâts. Cédric Cherain est sorti en 5ème à Zepperen, concédant 20" sur la liaison suivante pour s'assurer de l'inutilité d'une alerte de température. Cette erreur allait s'avérer lourde de conséquences puisque, malgré un 2ème scratch dans la dernière spéciale, le pilote officiel Citroën termine à 3"1 du podium. Pieter Tsjoen a crevé au début de Zepperen et concédé beaucoup de temps, devant finalement se contenter de la 5ème place. Vincent Verschueren a rasé quelques arbustes dans Zepperen puis effectué une triple tête-à-queue en 5ème dans Gelmen. N'ayant pas perdu trop de temps dans l'aventure, il s'en est finalement le mieux sorti derrière Princen, décrochant une belle 2ème place.

Un pilote autre de Princen a évité toute erreur pénalisante, c'est Benoît Allart. Sa régularité au volant de la Skoda Fabia WRC a été récompensée par une 3ème place encourageante pour ses débuts dans le championnat 2015. Idem pour Marc Streel, finalement beau 8ème derrière Michiel Becx, retardé deux fois par une crevaison lente à Zepperen, et Bertrand Grooten, également victime d'une crevaison au dernier passage dans Gelmen.

Net vainqueur de la M Cup, Tobi Vandenberghe a pris une très belle 9ème place sur sa BMW 130i, devant Laurent Benoît, qui a été le meilleur de l'ancien Gr.N sur sa Lancer Evo X. S'étant vite adapté à la DS 3 R3 Max, Guillaume Dilley, lauréat en RC3, n'a raté le Top 10 que pour 15". Kevin Demaerschalk a en revanche été considérablement retardé par deux crevaisons, dont une imposant un changement de roue.

Sur sa Ford Escort Mk2, Didier Vanwijnsberghe a nettement remporté le classement Historic, Wim Decock et Jens Maes complétant le podium.

Vainqueur au général, Peugeot rafle aussi les honneurs en championnat Junior. Après la regrettable sortie de route de Polle Geusens (208 R2), qui avait plus d'une minute d'avance, Stijn Pacolet, vainqueur en RC4 avec une autre Peugeot 208 R2, a émergé comme meilleur Junior, ce qui lui a valu le Junior Award.

Dans le Criterium, victoire autoritaire de Koen Lauwaert sur sa Renault Clio R3, devant la Mégane RS de Stefaan T'Joens et l'Opel Kadett GT/E de Chris Dobbelaere.

Kris_Princen_thuiszege.jpg

Freddy Loix premier vainqueur du Spa Rally

Freddy Loix a ouvert le palmarès du Spa Rally en s’imposant au terme d’une superbe chevauchée. Le pilote de la Skoda Fabia S2000 a ainsi effacé de la plus belle manière sa déconvenue au Rally van Haspengouw et il se replace dans une course au titre 2015 plus ouverte que jamais. Derrière le champion en titre, Cédric Cherain (DS3 R5) a livré une course brillante après avoir connu une entrée en matière délicate (une quarantaine de secondes perdues dans deux erreurs en début de course). Le Liégeois a résisté jusqu’au bout au retour de Kris Princen (Peugeot 208T16 R5), reparti samedi matin avec une pénalité de 1’40’’ concédée après le remplacement – express – de sa transmission. Leader du championnat, le rallyman trudonnaire a jeté toutes ses forces dans la bataille pour remonter jusqu’à cette 3e place qui lui permet de conserver son maillot jaune.
Derrière cet autoritaire trio, le Néerlandais Michiel Becx (Ford Fiesta R5) est sorti à son avantage d’une terrible course par élimination qui a vu de nombreux candidats aux honneurs quitter la scène : Bernd Casier (Ford Fiesta R5-bras de direction), Bertrand Grooten (DS3 R5-suspension cassée), Vincent Verschueren (DS3 R5) et Tim Van Parijs (Porsche 997) mis hors-course pour absence de pointage à un CH, Chris Van Woensel (Mitsubishi WRC05-raisons personnelles), Benoît Allart (Skoda Fabia WRC-bras de suspension), David Bonjean (Subaru Impreza WRC-amortisseur), Patrick Snijers (Porsche 997-boîte), Stephan Hermann (Fiat Punto-raisons personnelles) et Francis Lejeune (Porsche 997-sortie) ont été rejetés sur la touche, permettant à plusieurs outsiders de se hisser aux avant-postes au volant de voitures a priori moins performantes. Sociétaire du RACB National Team, Gino Bux s’est offert un top 5 sur sa Peugeot 208 R2, triomphant du même coup chez les Juniors au terme d’une chevauchée juste marquée par quelques… corrections de chronos, conséquences des multiples incidents ayant émaillé ce premier Spa Rally. Parmi ces moments « chauds », on retient la sortie de route de la 208 R2 de Stijn Pacolet et Bart Sagaert dans le premier passage à Barisart où, grâce à l’efficacité des services de sécurité et des pompiers spadois, la caravane a pu repasser lors des deux boucles suivantes. Quant au jeune équipage, il s’en tire sans trop de mal, le pilote souffrant d’une fracture du poignet tandis que son équipier est touché au tibia et au péroné. Une bataille à coups de dixièmes de seconde a opposé trois pilotes groupés du 6e au 8e rang : pour 9/10es de seconde, Cédric De Cecco (Peugeot 208 R2) a gardé l’avantage sur Guillaume Dilley (DS3 R3 Max) tandis que Michael Albert (Mitsubishi Evo9), longtemps pointé dans le top 5, échouait 7’’9 plus loin. Le top 10 était complété par Armand Fumal (DS3 R5) auteur d’une de ses meilleures prestations en championnat de Belgique, et Adrian Fernemont (Ford Fiesta R2) auteur d’une fin de course en boulet de canon. Au tableau d’honneur figurent encore Polle Geusens (Peugeot 208 R2) dont la performance est récompensée par le BRC Junior Award, Jochen Claerhout (Porsche 997) seul rescapé de la catégorie GT et Andy Dewaleff (Renault Twingo R1) qui réalise une excellente opération au championnat. En Historiques, une féroce bataille a opposé durant l’essentiel du rallye François De Spa au Suisse Florian Gonon (tous deux sur Ford Escort RS Mk1). Ce dernier – sans phares dans la première Clémentine – a opposé une belle résistance au régional de l’étape, jusqu’à ce que la perte d’une roue le force à l’abandon. Dirk Deveux (Ford Escort RS Mk2) en a profité pour décrocher la médaille d’argent devant Kurt Vanderspinnen (Ford Escort RS Mk1), André Lausberg (Porsche 911) et Didier Flohimont (BMW 325i), lequel a repris le flambeau bavarois des mains de Marc Duez, contraint au forfait après des soucis de moteur sur sa belle M3. ILS ONT DIT Freddy Loix : « Un chouette rallye… que je voulais et que je devais gagner ! J’ai donc atteint mon objectif. Pour autant, ma tâche ne fut pas facile car j’ai dû évoluer à 100% pour rester devant, même si les soucis de mes rivaux directs m’ont facilité la tâche. Mais je connais tellement bien la Skoda Fabia S2000 que je sais jusqu’où je peux la solliciter. Rendez-vous est déjà pris pour les prochains rounds où je devrai à nouveau l’emporter pour recoller au score au championnat, avant l’arrivée de la Fabia R5 prévue à Ypres. » Cédric Cherain : « Je suis content de cette 2e place finale. Même sans les deux erreurs commises vendredi, je ne pouvais pas battre Freddy car il a couvert tellement de kilomètres au volant de sa monture qu’il la connaît dans ses moindres détails ; et ce sont précisément ces détails qui font la différence. Pour la dernière boucle, j’ai choisi les gommes dures tandis que Kris Princen avait opté pour des supersoft. Son choix était plus judicieux… mais je suis resté devant. Outre le parcours que j’ai trouvé aussi intéressant que compliqué, je retiens de ce rallye les kilomètres supplémentaires couverts au volant de la DS3 R5. Or, dieu sait si ce paramètre influence les performances. » Kris Princen : « Je tiens avant tout à féliciter et à remercier l’équipe DG Sport Compétition pour l’exploit réalisé lors du changement de la transmission, une opération que les gars d’Alain Robert réalisaient pour la première fois ensemble dans le stress de la course. En repartant samedi matin, j’avais pour première ambition d’aller chercher Bernd Casier. Ensuite, j’ai tenté de poursuivre sur ma lancée face à Cédric Cherain mais la mission était difficile voire impossible sur des spéciales assez courtes. Cela dit, je garde le leadership du championnat et j’ai atteint le niveau de performances que j’espérais avec la Peugeot 208T16 R5. Donc, c’est positif. » 

Classement officieux : 1. Freddy Loix-Johan Gitsels (Skoda Fabia S2000) 1h50’36’’7 ; 2. Cédric Cherain-André Leyh (DS3 R5) à 31’’8 ; 3. Kris Princen-Peter Kaspers (Peugeot 208T16 R5) à 1’00’’9 ; 4. Michiel Becx-Eddy Smeets (PB-Bel – Ford Fiesta R5) à 7’31’’6 ; 5. Gino Bux-Eric Borguet (Peugeot 208 R2) à 9’53’’5 ; 6. Cédric De Cecco (Peugeot 208 R2) à 10’14’’8 ; 7. Guillaume Dilley-Louis Louka (DS3 R3 Max) à 10’15’’7 ; 8. Michael Albert-William Mergny (Mitsubishi Evo9) à 10’23’’1 ; 9. Armand Fumal-Jean-Louis Hottelet (DS3 R3 Max) à 12’16’’9 ; 10. Adrian Fernemont-Samuel Maillien (Ford Fiesta R2) à 13’02’’2 ; etc. Belgian Historic Rally Championship : 1. François De Spa-Arnaud Carabin (Ford Escort RS) 1h47’32’’7 ; 2. Dirk Deveux-Marc Vandemoortele (Ford Escort RS) à 3’49’’7 ; 3. Kurt Vanderspinnen-Bjorn Vanoverschelde (Ford Escort RS) à 4’04’’6 ; etc.

Freddy Loix domine le TAC Rally

Une averse d’une petite heure, en matinée, s’est avérée décisive pour le déroulement de cette 42e édition du TAC Rally. Après avoir effectué le meilleur choix de pneus, optant pour des slicks tendres, Freddy Loix attaquait très fort et parvenait à creuser définitivement le trou sur son principal concurrent pour le titre. En choisissant des pneus slicks durs, Kris Princen ne disposait en effet pas de la meilleure monte pneumatique. Le Champion de Belgique en titre en profitait pour creuser un écart qui allait s’avérer décisif. Au terme des 16 spéciales, Freddy Loix pouvait sabler le champagne pour la deuxième fois déjà cette année en trois épreuves du Belgian Rally Championship 2015.
"Pourtant, je m’attendais sur ce parcours à ne pas avoir la vie facile avec notre Skoda Fabia S2000 face aux R5 et leur moteur turbo. Quand la pluie a commencé à tomber, je savais que je pouvais faire une bonne affaire car j’avais réalisé le bon choix avec les pneus tendres. Après la première spéciale, nous comptions 52" d’avance sur Kris Princen. Par la suite, j’ai conservé un rythme élevé car la course était loin d’être terminée. Cette deuxième victoire arrive au bon moment car nous pourrons rapidement passer à la Fabia R5, une voiture dans laquelle j’ai déjà pleine confiance," expliquait Freddy Loix. À mi-course, Kris Princen savait qu’il devrait se contenter au mieux de la deuxième place avec sa Peugeot 208 T16. "Sur une épreuve aussi compacte, rattraper quasiment une minute n’est pas possible, surtout sur Freddy Loix," confirmait le pilote Peugeot, qui reste cependant leader du championnat. Avec sa Mitsubishi Lancer EvoX, Andy Lefevere s’est montré extrêmement rapide durant toute la journée. Ne commettant aucune erreur, le Flandrien a terminé sur le podium : "Au cours de la dernière boucle, j’ai commencé à ressentir de la fatigue et j’ai dû me satisfaire de cette troisième place. Il était logique que je ne puisse pas me battre avec Princen." Bert Cornelis effectuait pour sa part ses débuts en Ford Fiesta R5, avec à la clé une superbe 4e place. Une excellente performance du local : "Cette Fiesta est vraiment facile à piloter. Sous la pluie, j’ai été sidéré par son efficacité. J’ai évidemment envie de remettre le couvert, mais il faut trouver le budget." Michiel Becx hissait sa Fiesta R5 à la cinquième place, devant Timothy Van Parijs, sixième au volant de la seule Porsche 997 GT3 rescapée. "Si la météo était restée sèche, nous aurions pu terminer plus près du podium, mais la pluie nous a joué des tours durant la troisième boucle. À partir de là, nous avons usé un peu plus du frein à main pour faire le spectacle. Mais je dois avouer que nous avons quand même été refroidis par la sortie de notre ami Jochen Claerhout dans la première spéciale," reconnaissait Tim, qui s’était directement arrêté pour aider l’équipage. Un peu plus tard, Patrick Snijers disparaissait aussi, victime d’un bris de boîte sur sa Porsche. Tobi Vandenberghe hissait sa BMW 130i à une belle 7e place, remportant la M Cup, tandis que Kevin Demaerschalk se montrait le plus rapide du côté des tractions avant en terminant huitième. Au cours de la dernière boucle, Vincent Verschueren signait encore deux meilleurs temps avec sa DS 3 R5 du team GoDrive. Mais il avait perdu en première boucle toute chance de podium. Après une sortie dès le deuxième freinage de la première spéciale, il cassait un cardant, perdant au total 6 minutes. À l’arrivée, il devait ainsi se contenter de la 10e place. C’était mieux toutefois que Bertrand Grooten, qui renonçait au cours de la dernière boucle avec la DS 3 R5 de D-Max, ou que Benoît Allart, qui décidait d’en rester là, très déçu de la décision d’un responsable de départ. Jonas Langenakens était en bagarre pour la 6e place quand il était lâché par son moteur dans l’ES13. En Junior BRC, la victoire est revenue facilement à Polle Geusens, qui devait pourtant laisser la victoire de classe à Steven Dolfen. Andy Dewallef remportait la Classe RC5 avec sa Twingo R1. Dans cette catégorie, Jelle Vermeire devait abandonner. En Junior BRC, Dewallef conserve la première place. En Historic, un joli duel a opposé durant toute la journée Dirk Vermeirsch à Stefaan Stouf. Après une pénalité d’une minute infligée au pilote de la Ford Sierra, Stouf et sa Porsche étaient assurés de la victoire. Si Paul Lietaer n’était jamais très loin, le pilote Ford devait jeter le gant en fin de parcours après un souci de moteur. Dans le Critérium, Bjorn Renier s’est imposé devant Chris Dobbelaere et les frères Hanegreefs.

Rallye de Wallonie - Cédric Cherain après une formidable fin de course

C'est à la seconde que s'est achevée, dans les spéciales, la 32e édition du rallye de Wallonie. Mais, pour la victoire, c'est après de trop longs palabres que Cédric Cherain l'a finalement emporté sur Freddy Loix, pénalisé de 10 secondes pour avoir pointé en retard, rejetant dans l'ombre une formidable fin de course qui constitue l'un des plus beaux épisodes du rallye belge depuis de longues années.

93 équipages ont participé, ce week-end du 1er mai, à la 32e édition du rallye de Wallonie, quatrième manche du championnat de Belgique. Malgré des prévisions alarmistes, ce n'est que dimanche en toute fin de matinée que la pluie s'est réellement mise à tomber, après deux belles étapes ensoleillées qui ont permis un nouveau grand succès populaire de la (double) spéciale show, vendredi soir sur la Citadelle de Namur. Une ultime boucle dominicale décisive, offrant un final à suspense jamais vu au rallye de Wallonie : entre Freddy Loix et Cédric Cherain, encore 3e et 4e à deux spéciales du terme, ça s'est joué sur un peu plus d'une seconde au total de plus de 250 km contre le chrono, soit plus de 2 heures de pilotage ! Et dire que la classique namuroise aurait pu tourner à une ennuyante course par élimination des ténors : invité de marque au volant de la DS3 R5 que pilotait il y a peu son... copilote de luxe Pieter Tsjoen, le Français Stéphane Lefebvre fut le premier leader vendredi soir mais aussi le premier favori à renoncer le lendemain (différentiel ES8), bientôt suivi par celui qui venait de lui ravir le commandement et qui était également le leader du championnat, Kris Princen, auteur de 3 meilleurs temps puis d'une petite faute éliminatoire (bris de direction, ES11). D'autres ténors ont renoncé le samedi, comme Patrick Snijers (rampe d'injection, reparti en super-rallye dimanche), Philippe Stéveny, Michiel Becx (mécanique puis tonneaux le dimanche !) et Bertrand Grooten (sortie) ou l'ont fait ce dimanche à l'image de David Bonjean et Tim Van Parijs (touchette) ou Olivier Collard (moteur) alors qu'il s'était rapidement installé dans le top 10 au plus fort de la bagarre avec sa « petite » Mitsubishi EvoX Gr.A. 

Le héros local de la manche, Benoît Allart, encore en tête de l'épreuve dans l'antépénultième spéciale avec sa « grand-mère de Skoda Fabia WRC » terminait finalement à la 4ème place, également devancé par Xavier Bouche.

Sezoensrally - Une 13ème victoire pour des adieux en fanfare !

Disputée dans l'agréable région de Bocholt, la 39ème édition du Sezoensrally a été dominée par Chris Van Woensel, mais c'est finalement Freddy Loix qui a signé sa troisième victoire cette année en Championnat de Belgique. Une victoire symboliquement importante puisqu'il s'agit de la 13ème victoire de Freddy Loix avec la Skoda Fabia Super 2000, une monture qui sera remplacée dès Ypres par la nouvelle Fabia R5. Dans la première spéciale, De Hees, Chris Van Woensel signait le meilleur temps. Le pilote Yokohama allait rester solidement accroché à sa place de leader malgré les attaques de Kris Princen et Freddy Loix. Au fil des spéciales, Van Woensel augmentait son avance. Mais dans l'ES12, Goolder, tout basculait quand le leader sortait de la route à haute vitesse. Kris Princen pouvait dès lors envisager la victoire… si la boîte de vitesses de sa Peugeot 208 T16 ne restait bloquée en première, refusant tout service après l'arrivée du chrono. Freddy Loix ne laissait pas passer l'opportunité de remporter une troisième victoire en Championnat de Belgique cette année. Il faisait ainsi avec brio ses adieux à la Skoda Fabia Super 2000, qui avait reçu pour l'occasion une robe dorée. "Ce fut une course difficile car notre 2 litres atmosphérique était clairement désavantagé dans certaines spéciales. Mais une fois encore, la fiabilité de notre Skoda a fait la différence. Et naturellement aussi la fiabilité du pilote," riait Freddy Loix, qui renforce ainsi sa position de leader au championnat. "Avant le début de la saison, je ne m'attendais pas à encore gagner trois rallyes avec la Fabia Super 2000. Je pensais plutôt limiter les dégâts en réalisant quelques podiums. Maintenant, nous allons aborder Ypres en leader du Championnat de Belgique avec la nouvelle Fabia R5, une voiture qui sera prête pour me permettre d'ambitionner une dixième victoire!" La deuxième place est revenue à Vincent Verschueren, qui retrouvait la terre du Nord-Limbourg pour la première fois depuis 2010. Sur sa DS 3 R5, Verschueren a réalisé un sans-faute: "Il m'a quand même fallu une boucle pour trouver le rythme sur la terre. Au début de la journée, j'étais trop prudent. Quand j'ai commencé à être plus agressif dans mon pilotage, les chronos se sont améliorés. Je suis très heureux de ma deuxième place." Stephen Wright a profité en fin de course de la sortie de Michiel Becx pour s'offrir un podium inespéré. Ce podium était évidemment de nature à ravir aussi son copilote, Eddy Smeets, qui évoluait à domicile. Assez hésitant en début de rallye sur sa Skoda Fabia WRC, Benoît Allart progressait au classement au fil de la journée, terminant finalement quatrième devant le Néerlandais Johan Faes, lauréat de l'officieuse catégorie des Gr.N classiques. À l'arrivée,  Patrick Snijers était aussi heureux que Freddy Loix puisqu'il était cette fois à l'arrivée sur sa Porsche 997 GT3, désormais confiée à M.I. "Cette victoire va faire du bien à tout le monde," souriait Patrick Snijers. "Naturellement, nous savions avant le départ que nous n'avions aucune chance sur la terre face aux 4x4, mais je me suis régalé avec la Porsche sur la terre." Jourdan Serderidis terminait 7ème devant Martin van Iersel et Guillaume Dilley, une nouvelle fois lauréat de la classe RC3, ce qui lui permet de s'emparer d'une incroyable deuxième place au Championnat de Belgique. En Junior BRC, la victoire est revenue à Polle Geusens malgré une sortie et un problème d'embrayage. En Historic, la victoire est tombée in extremis dans l'escarcelle de Frank Jorissen. Du côté de la M Cup, le favori, Tobi Vandenberghe, devait renoncer prématurément, ce qui permettait à Franky Boulat de s'envoler vers la victoire.

Kenotek Ypres Rally - LOI...X !

Cette 51e édition du KENOTEK Ypres Rally aura décidément été bien
passionnante. Comme toujours aux alentours de la Cité des Chats, les rebondissements ont animé et rythmé l’épreuve mais d’une manière plus « douce » que d’accoutumée, en tout cas plus tardive. Ce qui nous a valu un rallye disputé et passionnant à souhait, au terme duquel Freddy Loix est parvenu à s’imposer pour la 10e fois ! En 20 participations ! Un taux de réussite incroyable ; un sacré record, ponctué du « titre » de meilleur performer du week-end.   Nous ne nous étendrons d’autant plus sur cette course qui a successivement vu Kevin Abbring, Craig Breen et Bryan Bouffier mener le débat, avant de fléchir au profit d’un Freddy Loix remarquable, que les deux dernières spéciales ont encore apporté leur lot de surprises.   A commencer par les mauvaises, pour Romain Dumas qui après avoir dominé le clan des Porsche renonçait au pied de Kemmelberg. Martin Moffett sortait quant à lui violemment dans Hollebeke, de même que Diogo Gago, qui sans cela se serait imposé en Junior puisqu’au même moment, le leader, Marijan Griebel… crevait.   Des surprises désagréables qui profitent bien entendu à d’autres. Le retrait de Dumas, conjugué aux soucis de François Delecour (pompe à essence), offre une victoire inattendue à Patrick Snijers. Le Français limite toutefois les dégâts en passant Marc Duez in-extremis. De même, Aleksander Zawada remporte le RC4 et le Junior, dont le podium est intégralement occupé par les impressionnantes petites Opel Adam, avec les 2e et 3e places de Griebel et Tannert. En RC4, c’est Victorien Heuninck qui prend la dernière marche du podium en plaçant sa Peugeot 208 R2 entre ces deux derniers. Pour la petite histoire, Sawada avait goûté au wateringe en reconnaissance. Une mésaventure qui semble lui avoir servi de leçon…   Pour en revenir au top 10, Bouffier termine 2e, devant Vincent Verschueren. Celui-ci savoure sa place sur le podium, en dépit de l’absence du premier rapport sur la fin. Après avoir eu l’honneur d’ouvrir la route le premier jour, voilà qui ponctue un week-end pour le moins réussi pour le double Champion de Belgique S2000. Alors qu’il avait du mal à intégrer le top 10, Bruno Magalhães finit 4e devant l’excellent Stéphane Lefebvre, qui lui aussi a connu les affres de la crevaison et perdu plus de 3 minutes. Une position qu’il doit à son final en trombe.   Derrière Jaroslav Orsak et Jaromir Tarabus (6e et 7e), Didier Duquesne termine en force et surprend même Davy Vanneste, qui mal informé a terminé en douceur, tandis que Duquesne et Martin McCormack faisaient le forcing. Au final, les deux le précèdent…   Cette 10e victoire, Freddy Loix a vraiment été la chercher, avec le talent, la force de caractère et la patience qu’impose toujours ce rallye très éprouvant.

Omloop van Vlaanderen - Freddy Loix à un souffle du titre

L’an dernier, Freddy Loix s’était assuré de son deuxième titre belge consécutif à Roulers. Cette année, il va encore devoir attendre quelques semaines pour être mathématiquement assuré de sa troisième couronne. Après le retrait de ses principaux concurrents, Kris Princen et Vincent Verschueren, le Champion en titre a pu s’offrir une victoire aisée à l’occasion de cette 56ème édition du ConXioN Omloop van Vlaanderen, septième manche du Belgian Rally Championship.

La victoire de la Skoda Fabia R5 était pourtant loin d’être assurée samedi midi, à mi-course. Kris Princen était à cet instant le plus rapide sur sa Peugeot 208 T16, suivi à quelques secondes par Freddy Loix et Vincent Verschueren sur sa DS 3 R5. Ce trio offrait un fantastique spectacle. Malheureusement, le sort frappait à deux reprises dans l’après-midi. Kris Princen devait renoncer suite à des soucis de pression d’essence alors que Vincent Verschueren voyait pour sa part la pression d’huile chuter. Freddy Loix pouvait dès lors contrôler paisiblement son avance et assurer sa victoire lors de ce ConXion Omloop van Vlaanderen.

 "C’est vraiment dommage que Kris et Vincent aient dû renoncer. Tous les pilotes de rallye préfèrent attaquer à fond. Cette bataille fut fantastique, mais j’ai évidemment baissé le rythme après leur abandon. La nouvelle Skoda Fabia R5 possède encore une belle marge de progression. Surtout dans les Tés. Mais deux victoires sur les deux premiers rallyes, je ne pouvais pas espérer mieux," souriait Freddy Loix, qui fixait rendez-vous à tout le monde à l’East Belgian Rally.

La deuxième place revenait au surprenant Didier Duquesne, qui signait ainsi son meilleur résultat en Championnat de Belgique au volant de la Ford Fiesta R5 du Renties Racing Team. "C’est un résultat fantastique pour notre équipe. Nous avons encore eu une petite frayeur en fin de course lorsque nous avons effectué un deux-roues à haute vitesse. Mais heureusement, ça s’est bien terminé," jubilait Didier.

La troisième place est revenue à Jourdan Serderidis, qui prouvait en signant trois meilleurs temps dans le Zoning que sa DS 3 WRC était la voiture la plus performante du peloton. Le Grec de Belgique a naturellement savouré au maximum ce one-shot en WRC.

Filip Pyck s’est pour sa part montré le plus rapide dans la catégorie Gr.N classique. Au terme d’une belle course, il échouait au pied du podium, à seulement 6"1 de la DS 3 WRC. Du côté des tractions avant, la bataille a été passionnante deux jours durant entre le Champion Junior en titre, Guillaume Dilley, et Kevin Demaerschalk. Samedi matin, le Bruxellois devait laisser passer son adversaire, mais il reprenait l’avantage et conservait la première place jusqu’au bout tout en s’offrant la 5ème place au général. Grâce à ce résultat, Guillaume Dilley reste deuxième au Championnat de Belgique. Il est désormais le seul à pouvoir encore priver Freddy Loix du titre. Mais c’est une possibilité plus mathématique que réaliste.

Tom Van Rompuy clôturait son premier rallye en Fiesta R5 à la 7ème place, à seulement 0"4 de Demaerschalk, mais devant Bert Coene et Tobi Vandenberghe, lauréat en BMW M Cup.

En Junior BRC, la victoire est revenue à Polle Geusens. Sébastien Bedoret a célébré ses débuts nationaux avec la victoire en R1 Junior, ce qui lui valait aussi le Junior Award.

En Historic, Paul Lietaer avait pris un excellent départ, pointant à la 6ème place au général, mais il devait renoncer à la suite d’un bris d’embrayage. Stefaan Stouf dominait alors le reste de l’épreuve sur sa Porsche.

East Belgian Rally - Hermen Kobus au bout du suspense !

Deux secondes et trois dixièmes. Voilà l’écart final à l’arrivée entre le vainqueur et le deuxième d’une édition de l’East Belgian Rally qui restera assurément dans les annales du Belgian Rally Championship. Disputée dans l’obscurité, la dernière boucle de trois spéciales a permis de vivre un final haletant. Un final à la hauteur d’une épreuve où les changements de leader auront été incessants.

Leader en repartant de la dernière assistance, Vincent Verschueren ne pouvait empêcher Hermen Kobus et Kris Princen de directement répliquer et prendre l’avantage. Très à l’aise, le pilote de la Skoda Fabia R5 était conscient que la victoire était à portée de main. Si Kris Princen parvenait à décrocher le premier meilleur temps de la boucle, le jeune Néerlandais s’offrait les deux suivants pour s’imposer finalement avec 2"3 d’avance sur le pilote Peugeot Belgique-Luxembourg. Inouï !

"Tout au long de la journée, j’ai bien progressé dans ma compréhension de la Fabia R5 et je savais que j’avais une chance de gagner si je restais au contact jusqu’à l’arrivée de la nuit. Dans le noir, j’ai toujours été très à l’aise," jubilait le Néerlandais, qui remportait à St-Vith sa première victoire au niveau national.

Oscillant entre déception et satisfaction, Kris Princen devait donc se contenter de la deuxième place : "Mais quelle belle bagarre tout au long de la journée ! Sincèrement, je me suis régalé. Et je savais que les six petites secondes perdues dans l’avant-dernière boucle risquaient d’être décisives…"

Derrière Vincent Verschueren, troisième à seulement 7"6, Bertrand Grooten s’offrait la quatrième place. En pleine bagarre avec Benoît Allart, le pilote de la Citroën C4 WRC se retrouvait seul quand celui de la Skoda Fabia WRC devait renoncer suite à une touchette après une panne de direction assistée. Après sa minute de pénalité, Cédric Cherain terminait finalement cinquième.

Quoique contraint à l’abandon dans l’après-midi (différentiel), Freddy Loix a célébré ce samedi soir son troisième titre de Champion de Belgique consécutif, le deuxième avec Skoda. "C’est malheureusement quelque chose qui arrive parfois. Mais cela ne nous empêchera pas de célébrer ce titre avec l’équipe BMA, Skoda Belgique et mon copilote Johan Gitsels !"

En deux roues motrices, le thriller aura également duré jusqu’au bout. En effet, alors qu’il se préparait à s’imposer au classement, Joachim Wagemans était victime avec sa 208 R2 d’un bris de goujons de roue sur la liaison menant à la dernière spéciale. En RC4, la victoire revenait ainsi à Adrian Fernémont alors que Gert-Jan Kobus, le frère cadet du vainqueur du jour, s’offrait la victoire en Junior devant Tobias Brüls ainsi que le Junior Award. Celui-ci aurait peut-être pu revenir à Andy Dewallef s’il n’avait dû jeter le gant dans l’ultime chrono, boîte cassée sur sa Twingo R1…

En Historic, la victoire est revenue à Rainer Hermann, superbe douzième sur son Opel Ascona 400. Il devançait un autre pilote dont la prestation fut remarquable : Jonathan Rosen, 13ème sur sa VW Polo GTI. En M Cup, la victoire est revenue évidemment à l’intouchable Tobi Vandenberghe, sacré champion en Gr.M. Mais ce résultat n’était pas suffisant pour empêcher Franky Boulat de remporter pour sa part la M Cup.

En Critérium, la course a été dominée par les Renault Clio, qui occupaient tout simplement les 6 premières places à l’arrivée ! La victoire revenait au local Gunther Lenges, qui s’imposait devant Jonathan Georges, Dany Born, Sascha Hilgers, Bruno Blaise et Bjorn Renier.

Rallye du Condroz - Premiere victoire a Huy pour un Cedric Cherain imperial

Après un départ quelque peu prudent, l’équipage de la Citroën DS 3 WRC n°6 a en effet rapidement pris les devants et ils n’ont toléré ensuite aucune résistance, signant au passage tous les meilleurs temps de la seconde journée. 

Kris Princen (Peugeot 205 T16) a bien fait illusion pendant la première boucle, grâce à des choix de pneus audacieux et une attaque de tous les instants, mais une crevaison dans une des deux portions «terre» de Marchin lui a été fatale, une crevaison lui coûtant plus de 4 minutes.

C’est Stéphane Lefèbvre qui a pris le relais pour tenter de suivre le rythme des leaders. Une crevaison dans le premier passage à Marchin l’avait lui aussi déjà retardé et malgré une superbe fin de première journée, le Français a dû se rendre à l’évidence: malgré une grosse attaque, la DS3 R5 ne pouvait rien contre la DS3 WRC sur les tracés rapides et de plus en plus secs des étapes spéciales du dimanche. Une minute quarante et une secondes séparent finalement les deux premiers.  

Le dimanche, l’intérêt de la lutte s’est reportée sur le gain de la 3e place, avec Xavier Baugnet (Ford Fiesta R5), David Bonjean (Citroën C4WRC) et Yves Matton (DS 3 WRC). Si le pilote Ford ne pouvait pas grand chose contre les WRC, Yves Matton a rapidement pris le meilleur et filait vers un second podium hutois quand le levier de boîte de sa voiture s’est bloqué dans l’avant-dernier tronçon chronométré (Villers). Yves Matton et Xavier Portier pouvaient se traîner jusqu’à l’arrivée du rallye, mais perdaient beaucoup de temps dans l’aventure et plongeaient au 5e rang final.   

David Bonjean sort donc vainqueur de cette lutte pour la 3e marche du podium. Belle récompense pour le Liégeois ne roule plus qu’ épisodiquement et qui a dû reprendre le rythme.    

Xavier Baugnet s’est lui montré le plus rapide des pilotes Ford Fiesta R5 tout au long du week-end et il n’a certes pas volé cette 5e place. C’est sa deuxième expérience sur cette voiture à Huy. «Tout s’est bien déroulé avec une voiture qui ne nous causé aucun problème. Excepté une crevaison à Marchin, rien à signaler! On est content de terminer deuxième en R5 et aux portes du podium!»  

Lors de cette seconde journée de course, Benoît Allart a augmenté le rythme au volant de sa Skoda Fabia WRC, accrochant une convaincante 6e place, juste devant un Guillaume Dilley qui a atteint son objectif: rallier l’arrivée avec la DS 3 R5 qu’il découvrait. Le vice-champion de Belgique a rempli son contrat.  

Le top 10 est complété par le gentleman driver Jourdan Serderidis qui a amené sa DS3 WRC à bon port et Olivier Collard, qui remporte la catégorie « A8 » avec sa Mitsubishi Evo X.  

Yvan Müller aurait dû faire partie de ce Top 10, mais une crevaison dans l’avant-dernière spéciale l’a fait plonger à la 11e position. «Bon, c’est le rallye, mais ce n’est pas grave. Je me suis fait plaisir, j’ai beaucoup appris et surtout j’ai profité de cette belle atmosphère qui entoure cette épreuve. Franchement un chouette week-end !»  

Bilan largement positif donc pour cette 42e édition du Rallye du Condroz, marquée par un public discipliné qui n’a entraîné aucune annulation de spéciale. Côté concurrents, si les sorties de route ont été nombreuses – comme chaque année – aucun blessé n’est à déplorer. 98 voitures sur les 142 au départ ont terminé l’épreuve.